La poutine d'Evelyne

Cantine Bayeur, Napierville

Aujourd'hui je me dirige à Napierville; il faut bien un arrêt-poutine qui vaille le détour pour me faire visiter ce patelin pour la première fois. Difficile de manquer la Cantine Bayeur lorsqu'on roule sur le Boulevard St-Jacques. Cette masse orange nous saute aux yeux. C'est gros, et fraîchement rénové. Il y a aussi un bar laitier dans le même bâtiment (qui, soit dit en passant, fait sa Gelato maison et a une décoration digne d'un conte de fées)...Christian Bayeur a mis le paquet disons!

 

Sa façon de procéder pour sa poutine est plutôt différente des autres commerces que je visite habituellement. Tout d'abord, je suis habituée de me faire dire fièrement par les propriétaires de cantines que leur patate évolue avec la saison. Christian Bayeur lui, refuse cette évolution. Il tient à la constance. Donc, plutôt que d'acheter sa pomme de terre au fur et à mesure que la saison avance, selon ses besoins, il achète 2500 sacs de patates au début de la saison et il les entrepose. Il s'assure ainsi que son client aura exactement le même goût de frites au mois d'avril qu'au mois de septembre. Une belle attention que peu de restaurateurs peuvent se permettre, faute d'espace pour l'entreposage.

 

Je commande ma poutine, et je me dirige vers l'arrière pour la manger. Un environnement fort sympathique m'attend. Christian Bayeur a construit un parc derrière son commerce. Les enfants peuvent jouer dans des modules géants pendant que les parents dégustent leur poutine assis aux tables à pique-nique. Autre belle attention.

 

Je goûte.

Sa pomme de terre choisie est rouge, donc sucrée, et elle est très très sucrée! Mais pour une raison que j'ignore, je l'aime! Plus que les pommes de terres sucrées habituelles. Et elles sont bien rôties.

J'ai eu un cours de la patate 101 aujourd'hui, et j'ai appris et compris quelque chose de bien pertinent. J'ai toujours aimé les pointes rôties sur les frites. J'ai toujours pensé que c'était le résultat d'une sur-cuisson. Mais j'ai compris aujourd'hui que c'est plutôt l'éplucheuse qui fait cela. L'éplucheuse fait son travail avant la cuisson, tout en laissant un peu de pelure sur les pommes de terres. On a ensuite le choix d'enlever ce surplus ou de le laisser là. Et c'est en le laissant là qu'il brunit davantage lors de la cuisson. Voilà le secret! Tout est calculé!

 

La sauce est faite maison à 100%. Un mélange quelconque que seuls les employés de longue date connaissent, et font à mesure, au besoin. Elle est plutôt salée, et elle se marie bien avec la frite. Si la sauce avait été moins salée et plutôt sucrée, il en aurait été de trop de sucre avec les frites. Mais elle apporte un bon équilibre. Elle a des petites épices secrètes sur le dessus, qui la rendent bien goûteuse. Par contre, il n'y a pas beaucoup de sauce! Si les premières bouchées sont bien humectées, on mange des frites sèches en fin de met...C'est moins pire qu'un IPS (Indice de pénétration de la sauce) trop élevé qui mouille exagérément les frites de fond, mais ça demeure un petit défaut...Il faut donc savourer la sauce au début, avant sa disparition!

 

Et en terminant, le fromage est une première pour moi : Fromagerie Beaudoin. Mais il me laisse indifférente. En fait, j'ai du mal à le goûter, derrière cette frite hyper sucrée qui vole la vedette. En début de chronique, je vous faisais part de la façon de procéder différente de la Cantine Bayeur, en voici un autre exemple : habituellement, on laisse le fromage à la température de la pièce pour maximiser sa fraîcheur et son son «coui-coui». Ici, on le met au frigo en matinée dans le but de le rationner également dans des plats, prêts pour le service. Je crois que cette réfrigération nuit à la qualité du fromage. Sans le rendre moins bon, ça le rend forcément moins gouteux. 

Il a toutefois une coupe originale; il est haché avant d'être servi, donc les grains sont minuscules et la répartition est ainsi bien égale et à travers toutes les frites.

 

La principale qualité de la Cantine Bayeur réside dans sa constance. Même goût d'un jour à l'autre, d'une semaine à l'autre, et ce, à longueur d'année. Même chose pour les quantités. Toutes prévues à l'avance, mesurées, rationnées, on vit exactement la même expérience lors de chacune de nos visites.

 

Je donne à cette poutine une note de 8 sur 10.

 

Cantine Bayeur-2.JPG

 



21/07/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 86 autres membres