La poutine d'Evelyne

Chez Johnny, St-Jérôme

Enfin est venu le jour de mon passage à la cantine Chez Johnny, à St-Jérôme. L'endroit existe depuis belle lurette (1945) et c'est une entreprise familiale, qui est aujourd'hui entre les mains d'Anik (la gérante) et de son père. La clientèle provient des alentours, donc de St-Jérôme, et à l'exception de quelques familles, je remarque qu'elle est assez âgée. (Mais il faut dire que nous sommes un midi sur semaine)

 

Je choisis le format petit, puisque le «double» m'apparaît excessif, et je me dirige vers la terrasse.

 

Je commence par la frite. Une frite blanche, simpliste. Sans défaut majeur, mais sans personnalité non plus. Je ne dirais pas non comme frite avec du ketchup, mais comme frite dans une poutine, c'est faible un peu. Elle manque de plus-value.

 

Le fromage sauve la donne. Il est présent en grande quantité et il fait son travail de coui-coui habituel. Il n'est jamais refroidi, donc toujours conservé à la température de la pièce comme il se doit. Pour la qualité c'est une note parfaite, et pour l'exécution aussi. Bravo fromage!

 

Mais là où le bât blesse, c'est à la sauce. Urk.

J'ai tout détesté de cette sauce. C'est une sauce en poudre, diluée uniquement avec de l'eau, aucune modification. D'ailleurs, elle n'est pas unique non plus alors on parle vraiment d'une canne de poudre que quiconque peut se procurer n'importe où. La gérante me dit fièrement qu'ils ont la même depuis plus de 20 ans, ce à quoi j'ai envie de répondre : «Justement, il est grand temps de changer!»

Sérieusement, elle me faisait penser à de la bouffe d'hôpital. D'une texture pâle et gélatineuse, on le remarquait surtout au fond de l'assiette. Une des pires sauces qu'on ait daigné me servir dans les dernières années.

 

Chez Johnny ferme assez tard dans la nuit. Si j'habitais dans le coin, après un verre de trop dans le nez en fin de soirée, je m'y arrêterais pour un «late snack» et j'en serais probablement satisfaite. (J'ai le même sentiment que quand je suis allée chez Claudette à Montréal)
Mais dans le cadre de cette compétition culinaire, Johnny ne fait pas la «cut». Désolée.

 

Parce que l'endroit est connu, agréable, et que l'équipe derrière ce commerce est fort sympathique, je donne tout de même une note de 6 sur 10 à cette poutine.

 

Chez Johnny-1.jpeg



15/08/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 86 autres membres