La poutine d'Evelyne

Frite Alors!, Montréal

Frite Alors! est une institution de la poutine à Montréal. J’y suis allée à quelques reprises avant de mettre en place ce blogue, sans toutefois être complètement renversée par la poutine qu’on y sert. Par contre, depuis la parution de ce site, je me suis promis de retourner à tous les endroits, même ceux que je connaissais déjà, et d’en faire une nouvelle critique, me basant uniquement sur ce qu’on me présentait comme produit au moment de l’évaluation. Ainsi, mon discours ne risque pas d’être biaisé par mes préférences personnelles ou par la réputation de l’endroit, en plus d’être à jour puisque les restaurants évoluent eux aussi! Voici donc ma critique du Frite Alors! après ma plus récente visite, il y a 3 semaines.

 

Petite sortie de filles. Nous sommes trois, assises au bar du Frite Alors! sur la rue Villeray, dans le quartier du même nom. D’entrée de jeu je suis enchantée par l’endroit. Petit, chaleur intense, odeur de patate qui s’imprègnera dans mon lingue c’est garanti (pas que cela me fasse plaisir en toutes circonstances, mais quand je viens manger une poutine, je trouve cela rassurant que ça sente la raison de ma visite et rien d’autre). Une serveuse et un cuisinier derrière le bar, tous les deux très souriants et courtois. La place est pleine malgré sa petitesse et les eux employés sont serviables malgré la charge de travail qui les occupe. Je m’empare du menu, glissé entre salière et poivrière. Plusieurs styles de poutines s’offrent à moi : La Vladimir (régulière), la Tunisienne (avec saucisses Merguez), la Frite Alors! (avec poivrons et champignons), la cochonne (avec lardons) et plusieurs autres. Je suis particulièrement intriguée par celle nommée La Boucane. Je n’ai de prime abord aucune intention de la commander pour ne pas déroger à ma règle de m’en tenir à tout ce qui se fait de plus réguler afin de comparer des équivalents. Mais la seconde où mes yeux se posent sur sa description dans le menu (fromage fumé bbq), 3 personnes à la fois se mettent à m’en faire l’éloge. Je suis tentée. Après tout, tout est pareil que dans une régulière, seul le fromage est fumé, et je me permets de temps à autre une folie dans le fromage. Alors voilà, ma commande est passée, une Boucane!

 

La seconde que la serveuse se met à préparer ma poutine, une odeur de «fumé» envahit la place. J’aime ce que je sens, mais je n’aime pas ce que je vois! Ma serveuse est en fait en train de prendre un fromage en grain on ne peut plus simple, en sachet, et le tremper dans une épice ou plutôt un sel à saveur de boucane. J’en ai mal au cœur. Il va de soi que manger une poutine n’est pas santé. Par contre, lorsque je me permets cette gâterie, tout comme en général dans ma vie, j’ai tendance à suivre certains principes de base d’alimentation tels que limiter les ingrédients cancérigènes. Le MSG en fait partie. Je me passerai ici d’explications scientifiques, mais le MSG (glutamate monosodique) est un «faux sel» que l’on retrouve malheureusement dans beaucoup trop de chose de nos jours, et la corrélation entre ce produit en trop grande quantité et le cancer a été prouvée depuis longtemps. Pour vous replacer ce produit, c’est celui qui constituait la poudre que l’on mettait dans nos nouilles Ramen lorsqu’on était jeune…Nos parents nous disaient que ça donnait le cancer; ils avaient tellement raison…

 

Bref, ce poison constitue pour moi un «Turn off» total, ce qui me met face à cette poutine avec une attitude négative, mais je décide tout de même de l’aborder dans la meilleure neutralité possible.

Chez Frite Alors!, les frites sont très bonnes. À vrai dire, elles sont presque parfaites. Leur huile est toujours fraîche, la cuisson est toujours à point. La coupe des frites est longue et modérément mince et leur texture est très croquante. Ce sont de vraies bonnes frites maison.

 

La sauce est également très surprenante! Je crois même qu’elle devance les frites! Elle est d’apparence très foncée, onctueuse, juste assez goûteuse et salée sans excès. C’est une très belle sauce, très bonne et en quantité bien dosée. Un très gros +.

 

Maintenant, le fromage. Voilà le point faible de mon met. Outre le fait que j’aie commis la terrible erreur d’y ajouter un extra regrettable, le fromage est très moche. Il est sec. Aussi, je ne devrais pas être témoin de sa sortie du sachet individuel. Une poutinerie qui se respecte m’offre un fromage frais, acheté en vrac, ou du moins avec effort fourni ou une recherche de qualité. Ce n’était pas le cas ici. Sa sortie du sachet me laisse croire qu’ils ont manqué de leur véritable produit et qu’ils ont répondu à ma commande avec un moyen de dépannage…Je n’aurais pas dû le voir. J’ajoute maintenant la fausse saveur de boucane, et me voilà avec une poutine beaucoup trop salée! Salée au point que je ne puis la terminer! La serveuse m’avait prévenu que La Boucane était particulièrement salée, mais comme je suis une personne très endurante à ce sujet, je n’avais aucune inquiétude. C’est pour vous dire que si moi je l’ai trouvée trop salée…Elle était drôlement trop salée!

 

L’avantage de mon erreur est que je ne la répéterai pas de sitôt. Vous me verrez donc revenir à mes bonnes vieilles habitudes de poutines régulières pour mes prochaines interventions. Je ne puis pour autant ne pas considérer mon aventure dans la note;

 

Je donne donc à cette poutine une note de 7/10.

 

 



19/11/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 86 autres membres