La poutine d'Evelyne

La Patate Rouge, Montréal

La Patate Rouge fait partie des endroits dont j'ai beaucoup entendu parlé. Le jour où je me suis enfin décidée à y aller, j'ai réalisé que l'endroit était à quelques minutes seulement de chez moi. Avoir su! C'est un joli soir de semaine automnal que je me suis laissée tenter.

 

À mon arrivée, je manifeste mon envie d'une poutine, on m'offre alors le choix entre la petite et la grosse. L'absence de format moyen me fait un peu grincer des dents. Finalement, la petite s'avère amplement suffisante.

 

Je prends alors place sur la terrasse bordant l'autoroute 40, ambiance de béton et odeur d'exhaust inclus.

 

Les frites me laissent une impression positive de façon générale, mais je ne peux faire fi des quelques unités encore crues, assez saisissantes. D'autres se présentes, au contraire, un peu trop molasses. Mais il s'agit tout de même d'une frite maison de qualité. Le nom le dit, la patate est rouge, d'où son goût sucré. Le chef présent au moment de ma visite me confirme l'information, en ajoutant qu'elle provient du Canada, sans pouvoir m'en dire plus. Il affirme qu'elle arrive entière, elle est donc épluchée et coupée sur place.

 

La sauce est goûteuse et m'est agréable en bouche. D'une teinte orangée vive, elle me rappelle la sauce piquante chez Ashton. Il s'agit d'une poudre qui est livrée exclusivement pour ce commerce, à laquelle seulement de l'eau est ajoutée. Voilà qui est un peu décevant à entendre, mais je dois dire que le résultat n'est pas déplaisant. C'est la recette que ce restaurateur suit depuis des années, au grand bonheur des habitués, semblerait-il. Cette poutine a comme qualité son équilibre. L'aspect sucré de la patate rouge, légèrement amoindri par le goût piquant de la sauce rend le met savoureux et bien agencé. Le plus gros défaut de la sauce s'avère finalement sa quantité. Les employés en mettent deux grosses louches, alors qu'une seule serait suffisante. La fin de ma dégustation d'un plat qui se veut consistant se transforme en dégustation d'une soupe de frites. Inutile de vous parler de l'IPS qui est dans le champ...

 

Et le fromage lui ? Bien, et en très bonne quantité. Il masque allégrement l'entièreté de mon plat, ce que j'apprécie. Il vient de la fromagerie Boivin au Saguenay, un choix judicieux.


Le résultat global de cette poutine était, somme toute, satisfaisant. Sans avoir été complètement renversée, j'en ai été pleinement satisfaite. Je ne la nommerais pas nécessairement parmi mes coups de coeur, mais je serais prête à y retourner puisqu'elle fait partie du voisinage.

 

Je lui donne une note de 7,5 sur 10.

 

 



25/10/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 86 autres membres