La poutine d'Evelyne

La poutine CKOI

Dans le cadre de mon emploi de journaliste à La Presse, dès mes débuts, on m’a envoyé couvrir un événement assez inusité. La station de radio CKOI organisait la confection de la plus grosse poutine au monde. Le tout se déroulait dehors, au centre-ville de Montréal, et le public était bien sûr invité à venir goûter le résultat final. Sous une tente sur la rue Ste-Catherine Ouest, une poutine de 1300 livres a été cuisinée, par des dizaines et des dizaines de personnes.

Ils étaient trois avec de géantes cuillères rappelant madame Pepperpot pour brasser l’immense chaudron de 350 livres de sauce au total, qui tentait de se réchauffer tant bien que mal. Puis les autres ont procédé comme suit pour assembler les ingrédients : on a commencé par étaler les 650 livres de frites sur les panneaux métalliques qui allaient supporter le tout. Ces frites avaient été cuites au départ, puis allaient être réchauffées par la sauce. Autrement dit, elles ont subi le choc thermique suivant : cuisson, refroidissement, réchauffement, pour finalement refroidir de nouveau avant d’être goûtées. Je vous laisse en tirer votre conclusion.

 

Puis, des chaudrons de sauce se sont fait verser sur cette base de frites, déjà refroidies. La sauce est apparemment ce qui allait tenter de tenir le tout au chaud. A priori, ça semblait fonctionner.

Mais quelle fut ma surprise de voir le nombre de chaudrons de sauce se faire verser! Au moment où je me suis dit qu’il y en avait beaucoup trop, je me suis vite rendu compte qu’à peine la moitié de la quantité prévue avait été versée. J’imaginais déjà ma poutine, coulante, mouillée….Déception à l’avance.

 

Autre erreur : les gens mélangeaient les ingrédients! Une poutine, c’est comme un pâté chinois. Steak-blé d’inde-patates, dans cet ordre, en étage, non-négociable. Ici, on a étalé les frites, ajouté la sauce et brassé le tout! C’était maintenant une soupe aux frites!

Il fallait maintenant ajouter l’ingrédient final, le fromage. J’étais encouragée de voir une armée d’employés de la fromagerie St-Guillaume, parés, sacs de fromages à la main, à garrocher tout ça sur le produit fini. La fromagerie St-Guillaume est bien reconnue partout au Québec pour son fromage. Il est effectivement excellent. Ici, on avait droit à des sacs de fromage géants, mais de vrais sacs de la fromagerie St-Guillaume, frais. De la qualité quoi! Il aurait été si facile d’opter pour un fromage plus cheap vue la quantité du plat assemblé, mais la fromagerie St-Guillaume a bien voulu commanditer l’événement et c’est probablement ce qui aura sauvé la donne au final. On a donc badigeonné le chef d’œuvre de fromage en grain. Nous avions maintenant une poutine toute assemblée, qui totalisait 1300 livres de bouffe.

 

Avant de commencer à goûter le tout, il y avait évidemment quelques protocoles, photos et discours à faire pour immortaliser l’événement qui allait aussitôt disparaître dans l’estomac des quelques 500 personnes qui attendaient en file dehors, sous la neige tombante.

Certaines personnes continuaient de brasser la poutine pendant ce temps. Je tentais de fermer les yeux pour ne pas voir un tel supplice. Les allocutions n’auront finalement pas duré trop longtemps, et la poutine aura commencé à se faire servir.

 

Puisque mon travail m’a fait nécessiter une place aux premières loges pour couvrir l’événement, j’ai eu la chance d’être une des premières personnes servies. Je me suis faufilée dehors pour prendre ma première bouchée, et j’ai aussitôt eu une pensée pour les personnes dans cette gigantesque file d’attente. Moins de 4 minutes après le début du service je mangeais, et je n’avais droit qu’à des bouchées froides. Selon mes calculs, la dernière personne de cette file a dû être servie une heure plus tard. Ouf! Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour une poutine gratuite!

 

Pour la note, il va sans dire que j’ai apprécié l’originalité de l’événement. Directement dans mes cordes et mes intérêts et pour cette organisation sans faille, j’aurais accordé un 9. Mais comme ce blogue se veut une critique culinaire avant tout, je me dois de considérer les frites réchauffées deux fois, la sauce cheap et en trop grande quantité, le fait que les ingrédients étaient brassés comme une gibelotte et que le tout était froid.

 

Je donne à cette poutine la note de 3,5/10.

 

 



16/03/2013
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 86 autres membres