La poutine d'Evelyne

Patate Boyer, Saint-Rémi

 

La Patate Boyer à St-Rémi a toute une histoire! Les frères Dominic et Éric Boyer l'ont acquise en 2010, mais en 2015, l'établissement a passé au feu. Ils sont resté fermés pendant environ 9 mois, puis ont rouvert leurs portes en juin 2016. Je m'y suis donc précipitée, la façade étant encore toute en rénovation.

 

J'ai tout d'abord été charmée en apprenant que cette famille cultive sa propre patate! Rien de mieux pour s'assurer de la qualité que de produire soi-même ses ingrédients. Je dis bravo! Et la patate, Dominic, il connaît ça! Il m'a expliqué qu'il était très imprécis de décrire une patate uniquement de par sa sorte (rouge, jaune ou blanche). Car chacune de ces sortes contiennent plusieurs sous-sortes, dont certaines sont efficaces pour une frite, d'autres non. Il prétend avoir LA bonne sous-sorte, de sorte de patate pour la frite. Me suivez-vous?   ;-)

 

Cette poutine arrive enfin devant moi. Je m'assois dans la jolie verrière, toute nouvellement construite. Mon met est mou. On dirait une grosse bouillie de frites. J'ai peur un peu. Elle me rappelle les poutines que je met fais parfois livrer, et qui arrivent lourdes et fondues...Mais rassurez-vous, tout se passera finalement bien.

 

Alors, cette frite de prédilection, c'est une patate rouge, faite EXPRÈS pour les frites. Comme c'est un type de pomme de terre légèrement sucré, son amidon se défait légèrement, alors on a affaire à des petits moignons de frites dans l'assiette. Rien de trop grave. Au goût, elle est très bonne.

 

Le fromage vient de chez Métayer à Napierville. Je n'avais jamais entendu parler de cette fromagerie avant aujourd'hui. Rafraîchissant! Il est en très petits grains. Il est pratiquement égrainé sur la poutine. Il goûte bon, mais je dois dire qu'il est peu distinct parce que complètement enfoui sous la sauce. Dommage pour l'appréciation...Mais rien d'assez majeur pour lui enlever des points.

 

Maintenant la sauce. Elle demande une expertise approfondie car elle est clairement l'élément le plus présent de ce met. À vrai dire, elle l'est en excès. Mais attendons de goûter. Il s'agit d'une sauce en poudre, mais qui provient de quatre poudres différentes mélangées, puis modifiées et épicées par la maison en plus. La texture est légèrement gélatineuse, mais au goût, difficile voire impossible de reconnaître la poudre. C'est très bien. La saveur est salée, agréable.

Par contre, il y en a trop, beaucoup trop. C'est vraiment un excès de sauce. Non seulement l'IPS n'est pas respecté, mais on parle d'une soupe aux frites.

 

Mais, malgré ses défauts, je dois dire que tous les goûts de ce plat sont bons, ainsi que très bien assortis! Il y a un petit «je ne sais quoi» dans cette poutine qui vaut le détour. Je viendrais surtout la manger l'hiver. Elle a un aspect velouté et très réconfortant.

 

Une bonne poutine écrapou, molle, qui vaut 8,5 sur 10 malgré tout!

 

 Patate Boyer.JPG



15/08/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 86 autres membres